Herstal, Liège, Belgium
info@aquatic-science.com

Portrait du Koï : caractéristiques physiques et comportementales

Portrait du Koï : caractéristiques physiques et comportementales

Portrait du koï : caractéristiques physiques et comportementales

Qui est le koï ? Nous avons précédemment déjà expliqué quelles étaient ses origines, et les symboliques fortes qu’incarne ce poisson d’ornement. Au-delà de la légende, il est également important de comprendre son mode de fonctionnement, ses spécificités, et ce qui le distingue physiquement des autres poissons.

Poisson ornemental par excellence, il s’érige en tant que créature emblématique et de plus en plus populaire dans nos bassins. Mais quelles sont ses particularités physiologiques et comment interagit-il avec les autres habitants de l’étang ? Dressons à présent le portrait de l’empereur du bassin.

Particularités physiques

Le koï est un poisson d’ornement qui demande peu d’entretien s’il vit dans de très bonnes conditions sanitaires : une bonne qualité d’eau, bien filtrée et oxygénée. Mais pourquoi ce poisson a-t-il si bonne réputation et pourquoi déchaîne-t-il les passions ? Pour le savoir, nous allons nous attarder sur ses caractéristiques propres.

1. La taille

Commençons par aborder la taille des koïs. Lorsqu’ils sont petits, leur taille varie entre 8 à 10 cm. Cependant, ces derniers étant très gourmands, ils peuvent grandir de manière significative et arriver à une taille impressionnante. Généralement, la croissance de ces poissons ornementaux se fait surtout durant les 4-5 premières années durant lesquelles ils peuvent gagner jusqu’à 18 cm par an. Ils continueront néanmoins à grandir toute leur vie.

Autrement dit, on peut dire qu’en moyenne, un koï mesure entre 75 et 85 cm quand il devient adulte. Il peut atteindre une longueur maximal d’1 m, ce qui reste exceptionnel ! Généralement de telles dimensions ne sont possibles que dans des pays d’Asie centrale, où la température avoisine quasiment en permanence des seuils bien plus élevés qu’en Europe.

2. L’alimentation

La nourriture est un facteur non négligeable et qui a toute son importance pour la bonne croissance des koïs. Omnivores, ils se délectent de proies vivantes (insectes), d’aliments spécifiquement conçus pour leurs besoins nutritionnels (graines) mais aussi de plantes. Agiles et vifs, ces poissons d’ornement sont dotés de barbillons qui leur permettent de repérer les aliments au fond et à la surface de l’eau. C’est pourquoi, en fonction des saisons, on recommande une alimentation tantôt flottante (printemps), tantôt coulante (hiver).

Les carpes koï ne possèdent pas d’estomac. Ainsi l’absorption des nutriments et la digestion des aliments se font exclusivement tout au long de leur intestin. Ils ont également un système gustatif très sensible et vont absorber leurs proies, sans jamais les poursuivre. Ce poisson d’ornement n’est par définition pas un chasseur, mais reste plutôt sédentaire.

Une bonne alimentation variée pour poissons selon les saisons.

3. Les couleurs vives et flamboyantes

Les couleurs sont également une caractéristique qui leur est propre. Flamboyants et éclatants, ils ont connu de nombreuses mutations durant leur évolution, ce qui explique cette panoplie de variétés. Il n’est pas donc pas surprenant que ce poisson ornemental suscite beaucoup de mystère et de fascination en même temps.

D’ailleurs, notez que les écailles du koï changent au fil du temps. Il n’est pas rare d’ailleurs de confondre un bébé koï avec un poisson rouge, parce qu’ils présentent tous deux des traits physiques similaires. La seule distinction peut se faire au niveau de leur ventre : celui du poisson rouge est gonflé tandis que celui du koï reste plat.

4. Distinction mâle et femelle

La distinction entre mâle et femelle se fait selon la forme de leur corps (le body) et de leurs nageoires. Ce n’est pas évident de les distinguer lorsque les poissons sont encore jeunes.

  • Chez la femelle, la forme du corps est plus arrondie et galbée. Elle peut être comparée à un dirigeable. Ses nageoires sont transparentes et plus larges.
  • Le mâle a des nageoires plus colorées et opaques. Elles sont également plus petites et effilées. Quant à la forme de son corps, il est également plus long et plus mince. Ces différences physiques sont en faveur des femelles dans la mesure où comme leur silhouette est plus imposante, les motifs de leur corps sont plus apparents, ce qui constitue un sacré atout dans les concours.

Une autre caractéristique physique permet de les différencier grâce à l’apparition de discrets petits tubercules blancs sur la tête du mâle, que n’aura pas la femelle.

Leur maturité sexuelle diffère également : on considère que la femelle a atteint sa maturité à l’âge de 3-5 ans, alors que les mâles sont considérés comme matures plus tôt. Et quand on sait qu’un koï peut vivre plusieurs décennies, on pourrait presque dire qu’ils sont même plutôt précoces !

Spécificités comportementales du koï

1. La reproduction et l’incubation

La reproduction est caractérisée comme suit : deux mâles pour une femelle âgée de 2 à 3 ans et mesurant entre 35 et 40 cm. Les poissons d’ornement peuvent également être reproduits de façon artificielle. Généralement, les carpes koï se reproduisent pendant deux mois : de mai à juin. Le métabolisme des poissons fonctionne à merveille lorsque la température de l’eau est calquée sur la température rencontrée en Asie centrale, leur pays d’origine.

Quant à l’incubation des œufs, elle se fait en 3 jours lorsque l’eau est à 20° C. La femelle va déposer ses œufs sur les végétaux, en bord de bassin. Bien souvent, les œufs pondus sont aussitôt dévorés, ce qui évite ainsi tout risque de surpopulation dans le bassin.

2. Sociabilité et longue espérance de vie

On peut également terminer par dire que ce poisson ornemental est un poisson social, car il n’a aucune difficulté à cohabiter avec les autres espèces. Il est même du genre à se laisser facilement apprivoiser si vous en prenez soin, que vous le gâtez et que vous vous armez de patience. Il fait d’ailleurs partie de la petite liste des poissons domestiques.

L’espérance de vie des carpes koï est également impressionnante : ils peuvent vivre en moyenne pendant 20 à 30 ans ! Ceci explique indubitablement pourquoi les propriétaires de koï nouent une relation particulière avec eux et y sont fortement attachés.

En conclusion

Vous voilà déjà bien informé sur la carpe koï et ses particularités. De quoi susciter votre curiosité et peut-être vous donner l’envie d’en accueillir au sein de votre bassin ? Vous l’aurez remarqué, ce sont bien des poissons exceptionnels, aux caractéristiques et besoins spécifiques, qui ne tarissent pas d’éloges et qui méritent leur belle réputation de poisson d’ornement. Ils rayonnent tant par leur flamboyance que par leur taille, raison pour laquelle ils nous fascinent tant.

Nous vous proposerons un petit guide si vous décidez d’acquérir une carpe koï dans un prochain article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *